Tonton Photo

Découvrez mon livre ! « Les coulisses d’une photo – 30 photos décryptées pour progresser et s’inspirer » Pour comprendre de manière très concrète comment se construit une photo, comment raconter une histoire ou restituer une ambiance… avec des mots simples !

Infos et avis des lecteurs sur mon livre : Les coulisses d'une photo - 30 photos décryptées pour progresser et s'inspirer, par Clément Racineux / Tonton Photo

J’ai testé pour vous le Samyang 500mm f/6.3 MC IF

19 Commentaires
Vous avez toujours rêvé devant les télé-objectifs imposants des photographes animaliers ou sportifs, sans pouvoir vous en offrir un ? Moi aussi 😉 En effet, un objectif de cette focale coûte en général autour de 5 000 à 15 000 €. Le Samyang 500mm f/6.3 m’a coûté… 160 € 😉 Évidemment à ce prix là il ne faut pas s’attendre à des miracles… Mais peut-on quand même s’amuser à en tirer des photos sympas, notamment pour de la photo animalière ? Voici mon retour d’expérience.

 

J'ai testé pour vous le télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo

J’ai testé pour vous le télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo


À propos de la marque Samyang

Samyang est une marque sud-coréenne qui fabrique des objectifs à bas prix. Pour ma part j’en possède deux : le grand-angle fisheye 8mm f/3.5, et le télé-objectif 500mm f/6.3.
 
Ces objectifs sont bien construits, solides et entièrement manuels. En effet, aucun composant électronique ne vient faire monter les prix (pas d’autofocus ni de système de stabilisation).
L’intérêt c’est d’offrir aux photographes la possibilité de se faire plaisir avec des objectifs à bas coût.
La contrepartie, c’est que l’objectif ne communique pas électroniquement avec votre boîtier photo. La mise-au-point est donc forcément manuelle.
 

Les caractéristiques du Samyang 500mm

J'ai testé pour vous le télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo

J’ai testé pour vous le télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo

Le Samyang 500mm est un objectif « catadioptrique », c’est-à-dire qu’il fonctionne grâce à un système de miroirs et est dépourvu de diaphragme. L’intérêt de ce type de construction est d’obtenir une longue focale dont le poids et l’encombrement sont réduits (il pèse 705g pour 12cm…).
 
La contrepartie, c’est que ces objectifs sont généralement peu lumineux et que, en raison de l’absence de diaphragme, leur ouverture est fixe (F/6.3 dans le cas du 500mm). On ne peut ainsi pas modifier les réglages d’ouverture pour jouer sur la profondeur de champ ou la luminosité de la scène.
 
Par ailleurs, de part sa construction catadioptrique, cet objectif possède un cache circulaire en son centre (voir photo ci-contre) qui provoque un bokeh de forme très originale, en forme d’anneau (voir les exemples un peu plus bas).
 
Enfin, en raison de l’absence d’électronique, cet objectif est dépourvu de stabilisation optique qui limiterait les tremblements dûs à sa très longue focale.
 
Ces différentes caractéristiques expliquent son prix ! Voici une petite comparaison avec d’autres objectifs de même focale dans d’autres marques (la qualité n’est évidemment pas comparable) :
   • Sigma 50-500 mm f/4.5-6.3 DG OS HSM : 1 599 €
   • Sigma 500 mm f/4.5 APO DG EX HSM : 5 599 €
   • Sigma Sports 500 mm f/4 DG OS HSM : 6 490 €
   • Canon EF 500 mm f/4L IS II USM : 9 999 €
   • Nikon AF-S 500 mm f/4E FL ED VR : 10 999 €
   • Sony 500 mm f/4 G SSM : 13 799 €
   • Sigma 200-500 mm F2.8 APO EX DG : 19 600 €
Avec un prix de 160 €, le Samyang 500mm f/6.3 coûte donc le dizième du prix de l’objectif le moins cher de cette liste !
 
Voilà, maintenant que les présentations sont faites, passons aux exemples d’images 🙂
 

Qualité d’image et exemples de photographies réalisées avec le Samyang 500mm

Le Samyang 500mm n’a pas toujours bonne réputation : mise-au-point manuelle, manque de piqué, bokeh un peu spécial… Alors que vaut-il vraiment ? Voici quelques images que j’ai pu prendre avec cet objectif singulier (toutes post-traitées avec Lightroom. Vous trouverez quelques images non post-traitées un peu plus bas) :

Le vol du héron cendré, capturé avec le télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo

Le vol du héron cendré, capturé avec le télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo


Mésange dans les branches dévêtues par l'hiver. Télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo

Mésange dans les branches dévêtues par l’hiver. Télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo


Le Mont Saint-Michel photographié à bonne distance grâce au télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo

Le Mont Saint-Michel photographié à bonne distance grâce au télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo

La forêt et ses couleurs d'automne. Notez la forme annulaire du bokeh en arrière-plan ! Photo prise avec le télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton PhotoLumière d'automne. Photo prise avec le télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo

Héron cendré en posture d'observation au-dessus d'un étang. Télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo

Héron cendré en posture d’observation au-dessus d’un étang. Télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo


La lune, photographiée à l'aide du télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo

La lune, photographiée à l’aide du télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo


Flaque d'eau. Le bokeh annulaire du Samyang 500mm f/6.3 MC IF invite à la créativité ! © Tonton Photo

Flaque d’eau. Le bokeh annulaire du Samyang 500mm f/6.3 MC IF invite à la créativité ! © Tonton Photo


Gouttes de pluie sur la fenêtre. Le bokeh annulaire du Samyang 500mm f/6.3 MC IF invite à la créativité ! © Tonton Photo

Gouttes de pluie sur la fenêtre. Le bokeh annulaire du Samyang 500mm f/6.3 MC IF invite à la créativité ! © Tonton Photo


Une famille de ragondins. Télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo

Une famille de ragondins. Télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo


Un Étourneau Sansonnet posté sur la cheminée de l'immeuble d'en face... Télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo

Un Étourneau Sansonnet posté sur la cheminée de l’immeuble d’en face… Télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo

Fleurs de cerisiers au printemps : le bokeh annulaire de l'objectif catadioptrique Samyang 500mm f/6.3 MC IF invite à la créativité ! © Tonton PhotoLumière matinale en forêt, prise avec le télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo

Herbes folles sur la plage photographiées avec le télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo

Herbes folles sur la plage photographiées avec le télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo


Houx et mousse en forêt. Notez les petites formes annulaires du bokeh créé par le télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo

Houx et mousse en forêt. Notez les petites formes annulaires du bokeh créé par le télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo


 

Fichiers bruts contre post-traités

Le Samyang 500mm manquant de netteté, de luminosité et de contraste, je vous recommande de les améliorer au post-traitement pour révéler vos photos. Voici deux exemples de avant/après :

(Fichier brut, avant post-traitement) Héron cendré dans la canopée, photographié avec le télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo

(Fichier brut, avant post-traitement) Héron cendré dans la canopée, photographié avec le télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo


(Après post-traitement dans Lightroom) Héron cendré dans la canopée, photographié avec le télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo

(Après post-traitement dans Lightroom) Héron cendré dans la canopée, photographié avec le télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo


(Fichier brut, avant post-traitement) Mésange, photographiée avec le télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo

(Fichier brut, avant post-traitement) Mésange, photographiée avec le télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo


(Après post-traitement dans Lightroom) Mésange, photographiée avec le télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo

(Après post-traitement dans Lightroom) Mésange, photographiée avec le télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo


 

Angle de vue et potentiel de rapprochement

Pour vous permettre de mieux voir l’angle de vue et le potentiel de rapprochement que permet le Samyang 500mm entre vous et le sujet que vous photographiez, voici 3 photos de la même scène :

Photo du cormoran prise au 18mm en comparaison avec la même photo prise au télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo

Photo du cormoran prise au 18mm en comparaison avec la même photo prise au télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo


Photo du cormoran prise au 35mm en comparaison avec la même photo prise au télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo

Photo du cormoran prise au 35mm en comparaison avec la même photo prise au télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo


Cormoran séchant ses ailes au bord d'un étang où il vient de pêcher. Télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo

Cormoran séchant ses ailes au bord d’un étang où il vient de pêcher. Télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo


 

Objectifs photo : comparatif visuel des focales, du 8mm au 500mm © Tonton PhotoPour vous aider à bien visualiser les différences entre focales, j’ai fait un comparatif en photo du 8mm au 500mm, à consulter ici :

 

Mon avis : est-ce que je recommande le Samyang 500mm ?

Après 4 ans d’utilisation épisodique de cet objectif, voici mon avis :
 

Mise-au-point manuelle

La mise-au-point manuelle n’est pas aisée avec cet objectif ! Sur une telle focale, la profondeur de champ est réduite, même à F/6.3. Par ailleurs, chaque tremblement est amplifié par la grande longueur focale. Du coup, il n’est vraiment pas évident de faire une mise-au-point précise. Il faut donc multiplier les clichés en faisant varier légèrement la bague de mise-au-point pour être sûr d’avoir une photo nette.
 

Manque de piqué

La Samyang 500mm manque franchement de piqué. C’est ce que l’on appelle un « piqué mou ». À vrai dire il est même très mou… les images manquent cruellement de détails ! Il faut donc passer par la phase de post-traitement pour améliorer la netteté, mais il faut rester conscient que l’on ne pourra jamais en faire des images très nettes et détaillées (regardez par exemple la photo ci-dessus de la mésange : on ne distingue quasiment pas la texture du plumage. Idem pour le tronc et les branches qui entourent l’oiseau).
 

Manque de luminosité

En raison de son ouverture fixe de f/6.3, cet objectif n’est pas lumineux. Cela se voit d’ailleurs dans le viseur où la visée est sombre. Ainsi, si vous photographiez tôt le matin ou tard le soir, il faudra redoubler de concentration pour réussir une mise-au-point précise…
 
Par ailleurs cela contraint l’exposition puisque, ne pouvant manipuler l’ouverture, vous ne disposerez plus que des réglages de sensibilité et de vitesse d’obturation pour exposer correctement vos images.
 

Pas de stabilisation optique

Comme je le disais plus haut, le moindre micro-mouvement est amplifié sur de telles focales. Il suffit que vous trembliez ou bougiez sans même vous en rendre compte, et cela est répercuté de manière très importante sur votre cadrage. Il est donc difficile de maintenir un cadrage à main levée (surtout quand, comme moi, vous fixez ce gros objectif à un petit boîtier hybride comme le Fuji X-E1 😉 ).
Mon conseil : utilisez le mode rafale de votre appareil pour prendre plusieurs images en quelques secondes seulement. Cela vous assurera d’obtenir le cadrage que vous aviez imaginé à l’origine.
 

Bokeh annulaire

La forme très spécifique du bokeh du Samyang 500mm, en forme d’anneau, ne plaît pas à tout le monde. Personnellement il ne me dérange aucunement, je trouve qu’il confère une marque visuelle unique et originale aux images. Je le trouve même très inspirant en termes de créativité ! J’ai toujours envie de jouer avec les formes qu’il provoque.
 

Couleurs & contraste

Indépendamment du boîtier sur lequel est fixé l’objectif, le Samyang 500mm, de par son manque de luminosité (je rappelle que son ouverture est fixée à F/6.3), restitue des couleurs fades, voire tristounettes… Les images manquent cruellement de contraste. Encore une fois, le post-traitement vous permettra de révéler les couleurs et les contrastes de vos photos.
 

Est-ce que je recommande le Samyang 500mm ?

Oui et non… je m’explique 😉
 
Si vous êtes un professionnel de la photographie animalière ou sportive, ou simplement un fanatique du piqué et de matériel à la qualité irréprochable, alors assurément, je vous déconseille cet objectif !
 
En revanche, si vous cherchez simplement à vous amuser et à exercer votre créativité, ce télé-objectif est un bon achat compte tenu de son prix défiant toute concurrence (en complément du Lensbaby par exemple !). Il peut notamment servir aux amateurs d’ornithologie. Enfin, il peut servir à tester si vous avez réellement besoin de cette focale avant d’investir dans du matériel valant plusieurs milliers d’euros.
 
En ce qui me concerne, je me suis rendu compte que j’avais très rarement besoin de cette focale… Mais je trouve amusant de l’emmener occasionnellement avec moi lors de balades, histoire de mettre toutes les chances de mon côté pour photographier des animaux (pas besoin de vivre en pleine nature, toutes mes photos ont été prises en ville, à l’exception des photos de forêt). Il m’a également servi plusieurs fois pour photographier la lune et m’amuser à réaliser des bokeh originaux.
 

Pour les amateurs d'ornithologie (ici, un héron cendré) et d'animaux en général, le télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF est un achat intéressant pour s'amuser sans se ruiner © Tonton Photo

Pour les amateurs d’ornithologie (ici, un héron cendré) et d’animaux en général, le télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF est un achat intéressant pour s’amuser sans se ruiner © Tonton Photo


 

Mes conseils

Compte tenu des défauts précédemment cités de cet objectif, voici quelques petits conseils pour optimiser votre expérience avec le Samyang 500mm F/6.3 :
 

Trépied

Lors de la prise de vue, si vous avez l’occasion d’utiliser un trépied, vous éviterez beaucoup de tremblements.
 

Exposition

Comme l’ouverture est fixe, vous devrez jouer sur la vitesse d’obturation et la sensibilité pour régler votre exposition.
 

À main levée

• Assurez-vous que la vitesse d’obturation soit au minimum de 1 seconde divisée par la longueur focale pour minimiser le flou de tremblement.
Par exemple, pour cette focale de 500mm sur mon Nikon D3s (capteur plein-format), la vitesse minimum devrait être de 1/500s à main levée, alors que sur mon hybride Fuji (dont le crop-factor est de 1.5), il faut choisir une vitesse minimum de 1/750s (c’est-à-dire 1/500×1,5).
 
• Augmentez les ISO. Étant donné que vous ne pouvez pas agrandir l’ouverture ni minimiser la vitesse d’obturation, il ne vous restera plus qu’à monter la sensibilité ISO !
 

Post-traitez !

Enfin, comme je l’ai déjà dit, je vous recommande de post-traiter vos photos pour révéler les couleurs, le contraste et la netteté que cet objectif Samyang 500mm n’aura pas su restituer.
 
Sachez que Lightroom ne reconnaît pas le Samyang 500mm, il n’y a donc pas possibilité d’appliquer les corrections automatiques de l’objectif. Vous verrez même que Lightroom indique qu’il s’agit d’un objectif de 50mm et que les photos ont été prises à F/0 ou F/1 (Cf photo ci-dessous) 😉 Évidemment, cela n’empêche en rien de post-traiter les photos prises avec cet objectif…

Post-traitement dans Lightroom d'une photo de ragondin prise avec le télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo

Post-traitement dans Lightroom d’une photo de ragondin prise avec le télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo


 

Utilisation d’une bague d’adaptation

Bague d'adaptation Fuji-Nikon pour utiliser le télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF pour Nikon sur un Fuji X-E1 © Tonton Photo

Bague d’adaptation Fuji-Nikon pour utiliser le télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF pour Nikon sur un Fuji X-E1 © Tonton Photo


Si, comme moi, vous utilisez un appareil d’une autre marque que Nikon ou Canon, vous pourrez quand même utiliser le Samyang 500mm via une bague d’adaptation. L’avantage c’est que, l’objectif n’ayant aucun composant électronique, vous n’avez nul besoin d’investir dans une bague onéreuse. Les plus basiques font l’affaire !
 
Par exemple, étant propriétaire d’un hybride Fuji X-E1, j’ai acheté le Samyang 500mm en monture Nikon, puis j’ai acheté une bague d’adaptation Nikon/Fuji afin de pouvoir monter cet objectif sur la monture de mon Fuji.
 
Bague d'adaptation Fuji-Nikon pour utiliser le télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF pour Nikon sur un Fuji X-E1 © Tonton Photo

Bague d’adaptation Fuji-Nikon pour utiliser le télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF pour Nikon sur un Fuji X-E1 © Tonton Photo


Où acheter le Samyang 500mm ?

Si vous souhaitez acquérir le Samyang 500mm F/6,3 MC IF, vous pouvez passer par le lien suivant. Je vous mets également le lien vers la bague d’adaptation Nikon/Fuji dont je me sers :

Acheter Samyang SAM500F63 Objectif 500 mm mirror F6,3 monture T2 Blanc sur Amazon Acheter Bague d'adaptation d'objectif AI sur un appareil photo Pour Nikon Fujifilm monture X compatible Fuji X-E1 DC287 sur Amazon

(Tonton Photo touchera une petite commission : pour vous le prix reste inchangé, et c’est une manière de soutenir ce blog en m’aidant à couvrir ses différents frais de fonctionnement. Merci !)
 

J’espère que cet article vous aura permis de bien saisir les limites, les défauts mais aussi le potentiel du télé-objectif Samyang 500mm f/6,3.
Que vous inspire cet objectif ? Avez-vous envie de vous amuser avec lui ? Avez-vous déjà eu l’occasion de le tester ?

Répondez-moi dans les commentaires ci-dessous !
 
J'ai testé pour vous le télé-objectif Samyang 500mm f/6.3 MC IF © Tonton Photo

19 Commentaires

  1. Elodie

    8 mars 2018

    Merci pour cet article très bien expliqué, moi ça m’a donné envie de l’essayer cet objectif!
    Je n’ai pas le budget pour un objectif 500mm haut de gamme, et surtout je ne pense pas amortir son prix par rapport à l’utilisation que j’en ferais, donc ce Samyang est une bonne alternative pour s’amuser avec un 500mm.

    Répondre
    • Elodie

      8 mars 2018

      ah, par contre, je ne vois pas les liens à la fin du post c’est normal?

      Répondre
      • Tonton Photo

        8 mars 2018

        Ah, tu ne vois pas les liens Amazon ?

        Répondre
        • Christine

          8 mars 2018

          Bonjour Tonton,
          Moi non plus j’ai pas le lien.
          J’ai Nikon D5300 et Lumix TZ80 27-720 mm et jusqu’à 990 en 4K. Je me sers rarement des longues focales.
          Je trouve ce caillou est aussi un peu lourd pour faire balade .
          Amitiés
          Christine

          Répondre
          • Tonton Photo

            8 mars 2018

            Merci Christine pour ce partage d’expérience.
            Voilà, j’ai modifié les liens, ils devraient être bien visibles désormais !

            Répondre
    • Tonton Photo

      8 mars 2018

      Merci Elodie ! C’est mon cas également, j’en ai une utilisation très occasionnelle. Mais c’est intéressant pour s’amuser !

      Répondre
      • Elodie

        9 mars 2018

        Merci, les liens sont bien là maintenant!
        Si je comprends bien je dois prendre une bague T2 pour monture Canon, n’importe laquelle?

        Répondre
        • Tonton Photo

          9 mars 2018

          Bonjour Elodie, oui c’est bien ça !

          Répondre
  2. Guy

    8 mars 2018

    Merci pour cet article bien documenté, je ne suis moi non plus pas un fan des très longues focales, mais ce peut être intéressant d’avoir une solution économique et peu encombrante dans son sac au cas où.
    L’alternative est celle du multiplicateur (x1,4 ou x2), as tu pu te faire une idée des résultats comparés entre ces deux solutions?
    Bien amicalement.
    Le dernier article de Guy : Veille de Shabbat à JérusalemMy Profile

    Répondre
    • Tonton Photo

      8 mars 2018

      Merci Guy pour cette remarque pertinente à propos de l’alternative du multiplicateur. Je n’ai pas eu l’occasion de faire un comparatif, mais les multiplicateurs donnent certainement des résultats de meilleure qualité ! 😉 En revanche il faut déjà avoir un 200 ou un 300mm dans son sac pour pouvoir atteindre une focale avoisinant les 500mm.

      Répondre
  3. larry.t

    8 mars 2018

    merci, cela me donne envie d’essayer cet objectif même si le manque de netteté éventuelle me déplais.

    Répondre
    • Tonton Photo

      8 mars 2018

      Merci Larry, oui, il faut bien savoir à quoi s’attendre pour ne pas être déçu 😉

      Répondre
  4. Alain

    8 mars 2018

    Bonjour,
    Je possède pour ma part un Tamron 500mm f8 qui a déjà quelques années. Je ne sais pas si la qualité de ce type d’optique a évolué. Même constat que Tonton avec le fait que l’ouverture est ici encore plus petite. Attention à la mise au point sur les objets lointains (comme la lune) qui n’est jamais sur la position infini (en bout de course de la bague) sur ce type d’objectif.

    Répondre
    • Tonton Photo

      9 mars 2018

      Merci Alain pour ce retour d’expérience !

      Répondre
  5. Régis

    8 mars 2018

    Salut Tonton,
    Merci pour cet excellent article. Je possède un objectif du même type (Makinon catadioptrique 500mm f/8) que je monte sur mon boîtier CANON avec une bague d’adaptation dont il existé en fait, deux modèles :
    – un modèle purement mécanique qui ne permet pas de faire la mise au point sur l’infini,
    – un modèle plus élaboré, équipé d’une lentille de correction, qui permet de faire cette mise au point mais au prix d’une perte de luminosité ( alors que l’objectif n’est déjà pas terrible sur ce point ).
    En ce qui concerne le bokeh annulaire, perso je n’en suis pas fana…
    Cordialement,
    Régis

    Répondre
    • Tonton Photo

      9 mars 2018

      Merci Régis pour ce partage d’expérience 🙂

      Répondre
  6. Eric Vanderkluysen

    9 mars 2018

    Bonjour,
    Alors moi c’est le Walimex (équivalent au Samyang) en 800mm F8 que j’ai eu l’occasion de tester. J’avais conscience des limitations induites par cette faible ouverture mais un 800mm à 153€ (en promo sur Amazon au moment de mon achat), je ne pouvais pas ne pas tenter le coup. J’ai fini par le renvoyer car les inconvénients étaient bien ceux décrits par tonton, mais surtout, mon Tamron SP AF 70-300mm F/4-5,6 Di VC USD avait un bien meilleur piqué, même en cropant pour avoir le même grossissement. Alors certes il est deux fois plus cher, mais « que » deux fois 🙂 C’est donc une alternative à laquelle il faut songer si l’on veut une longue focale. Le fait d’avoir une ouverture plus grande, une meilleure qualité optique, l’autofocus et surtout la stabilisation optique font qu’il est bien plus simple de sortir des images d’animaux éloignés qu’avec les 500mm et 800mm catadioptriques… Mais j’avoue que c’était un jouet bien sympathique que j’aurais certainement gardé si je n’avais pas eu mon Tamron…
    Merci pour ce site en tout cas, toujours très content de lire de nouveaux articles !
    Eric.

    Répondre
    • Tonton Photo

      9 mars 2018

      Merci Eric pour ce partage d’expérience intéressant. Effectivement l’alternative du Tamron est à méditer ! Sinon je ne connaissais même pas la marque Walimex 😉

      Répondre

Laissez un commentaire

Attention : l'image que vous tentez de publier n'est pas valide. Si vous publiez votre commentaire, elle ne s'y affichera pas. Relisez d'abord les recommandations sur les formats d'images.

  Formats acceptés : GIF, PNG, JPG, JPEG. Largeur/Hauteur maximum : 1000px.
Merci de respecter ces dimensions sinon la photo sera trop lourde et la page sera lente à afficher pour tout le monde !
Pour redimensionner votre image, vous pouvez utiliser ce service gratuit : www.bloggif.com/resize (mettre 1000px dans chaque case de largeur/hauteur).
Affichez la dernière publication de votre blog dans ce commentaire

SUR LE MÊME THÈME