Qu'est-ce que la profondeur de champ & comment s'en servir ?

Qu’est-ce que la profondeur de champ & comment s’en servir ?

39
Publié dans : Niveau intermédiaire

La profondeur de champ est un élément essentiel à connaître pour tout photographe, car elle vous aidera à mieux maîtriser vos photos, et à affirmer votre style. Dans 5 minutes et quelques radis, vous devriez avoir mieux compris… Oui oui, des radis ;)

Au sommaire de cet article :
1/ La profondeur de champ, c’est quoi ?
2/ Premier levier : l’ouverture du diaphragme
3/ Second levier : la focale
4/ Cas pratique : la photo de paysage
5/ Cas pratique : la photo de portrait
 

1/ Qu’est-ce que la profondeur de champ,
à quoi sert-elle ?

C’est l’étendue de la zone de netteté dans votre photo.
 

Tout est bien net ? La profondeur de champ est donc grande.
 
Il y a beaucoup de flou autour d’un sujet net ?
Alors la profondeur de champ est faible, réduite, petite, courte, étroite, bref tout ce que vous voulez qui signifie qu’il y a peu d’espace pour une zone nette ;)

 
On s’en sert donc pour s’assurer que toute notre image soit nette au maximum, ou bien au contraire pour envelopper notre sujet dans un flou artistique, pour bien le détacher de l’arrière-plan.
 
Pour agir sur cette zone de netteté plus ou moins réduite, deux éléments entrent en jeu : l’ouverture, et la focale.
 
 

2/ Pour modifier la profondeur de champ,
il faut d’abord agir sur l’ouverture du diaphragme

C’est-à-dire qu’à F/2.8, qui est une grande ouverture, la profondeur de champ sera réduite, bien plus faible qu’une ouverture de F/16.
 
Si vous photographiez en mode automatique, sélectionnez le mode « A » (Priorité à l’ouverture). Vous pourrez ainsi sélectionner l’ouverture de votre choix, grande ou petite, et votre appareil calculera automatiquement la vitesse d’obturation correspondante.
 
Voici un exemple, avec des radis :) Et bien oui, de retour du marché j’ai pensé qu’ils vous aideraient à bien voir les variantes de profondeur de champ en fonction de l’ouverture…
 
Il s’agit donc d’un comparatif de profondeur de champ pour une focale de 50mm, tous les réglages d’exposition ayant été réalisés en mode Priorité à l’ouverture. Regardez-bien les différences d’étendue de la zone de netteté en fonction du « diaph » (autrement dit l’ouverture ;) ) :
 

Comparatif de profondeur de champ : focale 50mm, ouverture f/1,8

50mm – F/1,8 – 1/200 – ISO 400

Comparatif de profondeur de champ : focale 50mm, ouverture f/2,8

50mm – F/2,8 – 1/80 – ISO 400

Comparatif de profondeur de champ : focale 50mm, ouverture F/5,6

50mm – F/5,6 – 1/50 – ISO 800

Comparatif de profondeur de champ : focale 50mm, ouverture F/9

50mm – F/9 – 1/30 – ISO 1250

Comparatif de profondeur de champ : focale 50mm, ouverture F/16

50mm – F/16 – 1/15 – ISO 2000

Comparatif de profondeur de champ : focale 50mm, ouverture F/20

50mm – F/20 – 1/15 – ISO 3200

Vous le voyez, plus on ferme le diaphragme (f/ grands chiffres), plus la profondeur de champ est importante, la zone de netteté est étendue.
 
Et inversement, plus on ouvre le diaphgrame (f/ petits chiffres), plus la profondeur de champ est réduite, la zone de flou s’agrandit.

 
(Si ces histoires d’ouverture, de diaphragme et de F/ vous semblent nébuleuses, je vous conseille de relire l’article Comprendre l’ouverture en moins de 3 minutes ;) )
 
 

3/ Deuxième élément déterminant : la focale

Une fois que vous avez compris l’impact de l’ouverture du diaphragme sur la profondeur de champ, vous devez savoir que la focale que vous utilisez joue également un rôle important.
 

Ainsi, à réglages d’exposition équivalents, un grand-angle de 18mm aura une profondeur de champ bien supérieure à une longue focale, par exemple un 85mm.

 
Et vous l’aurez donc compris, la profondeur de champ est très réduite sur les très longues focales de type 500mm ou 800mm…
 
Revenons à nos radis pour en avoir la preuve en images.
Les photos suivantes ont toutes été prises en mode Priorité à l’ouverture, avec des focales différentes, la règle étant d’essayer de faire rentrer la totalité des radis dans le cadre avec une ouverture fixée à F/5.6 pour tout le monde :
 

Comparatif de profondeur de champ : focale 12mm, ouverture F/5,6

12mm – F/5,6 – 1/50 – ISO 800

Comparatif de profondeur de champ : focale 24mm, ouverture F/5,6

24mm – F/5,6 – 1/50 – ISO 800

Comparatif de profondeur de champ : focale 50mm, ouverture F/5,6

50mm – F/5,6 – 1/50 – ISO 800

Comparatif de profondeur de champ : focale 70mm, ouverture F/5,6

70mm – F/5,6 – 1/50 – ISO 800

Comparatif de profondeur de champ : focale 200mm, ouverture F/5,6

200mm – F/5,6 – 1/100 – ISO 1250

Comparatif de profondeur de champ : focale 500mm, ouverture F/5,6

500mm – F/5,6 – 1/60 – ISO 1250

 

Vous pouvez le constater, à ouverture égale, la profondeur de champ diffère beaucoup d’une focale à l’autre. Plus la focale est longue, plus la profondeur de champ est réduite.

 
À l’inverse, plus l’on descend vers les grands-angles, c’est-à-dire les focales courtes, plus la profondeur de champ est importante.
 
Une fois que vous maîtrisez cet aspect de la photographie, vous devriez décider en permanence, pour chaque cliché, de la profondeur de champ qui vous semble la plus adaptée.
 
 

4/ Cas pratique : la photo de paysage

Lorsque l’on prend un paysage, on souhaite généralement que la majorité de la photo soit bien nette, du premier plan à l’arrière-plan.
 
Il faut donc privilégier les petites ouvertures (donc F/ grands chiffres), pour maximiser la profondeur de champ.
 
Le problème, c’est que plus on ferme le diaphragme, plus le temps de pose devient long. C’est pour cette raison que, la plupart du temps, on travaille la photo de paysages avec un pied, pour que l’appareil soit bien stable tout au long de la prise de vue, malgré les vitesses d’obturation lentes.
 
Exemple :

Profondeur de champ : le cas de la photo de paysage © Clément Racineux / Tonton Photo

Dans cette photo des paysages des gorges de l’Ardèche, en France, j’ai ouvert à F/11 avec une vitesse de 1/125 (focale : 24mm) © Clément Racineux / Tonton Photo

En réalité, je photographiais à main levée sous un vent assez puissant, ce qui m’obligeait à conserver une vitesse d’obturation qui ne soit pas trop lente, afin de ne pas bouger.
Si j’avais eu un pied avec moi, j’aurais fermé davantage mon diaphragme, avec une ouverture autour de F/16 ou F/18, pour optimiser la profondeur de champ autant que possible.
 
 

4/ Cas pratique : le portrait

À l’inverse du paysage, lorsque l’on photographie le portrait d’une personne, on a souvent envie de l’isoler du décor qui l’entoure, pour la « détacher » du décor et concentrer l’attention sur son visage.
 
Ainsi, on choisit une grande ouverture (donc un petit chiffre F/) pour réduire la profondeur de champ. On choisit également souvent une focale qui ne soit pas trop courte, afin de renforcer cet « isolement » du sujet.
 
Exemple :

Profondeur de champ : le cas du portrait photographique © Clément Racineux / Tonton Photo

Dans ce portrait d’une travailleuse sur un chantier de restauration, j’ai ouvert à F/2.8 pour flouter l’arrière-plan et ainsi concentrer l’attention sur cette femme (focale : 28mm). Jaïpur, Rajasthan, Inde © Clément Racineux / Tonton Photo

"Nom d’un radis ?! Je ne comprends pas, la profondeur de champ n’est pas tellement réduite pour une ouverture si grande (f/2,8)", me direz-vous…

 
…oui mais il s’agit d’une focale de 28mm, que l’on peut déjà considérer comme un grand angle !
 
La même ouverture avec un 50mm aurait provoqué une profondeur de champ bien plus faible (ou une zone de flou bien plus étendue et plus prononcée, si vous préférez ;) ). Je n’ai pas fait de calcul savant pour être précis, mais d’expérience j’aurais sans doute ouvert à F/5.6 pour obtenir une profondeur de champ à peu près équivalente sur un 50mm.
 
 

Conclusion

Pour récapituler, la profondeur de champ dépend donc de l’ouverture du diaphragme (pas le vôtre hein, celui de votre objectif… vous pouvez continuer à respirer normalement), et de la focale que vous utilisez.
 
Ainsi :
• plus l’ouverture est grande (F/ petits chiffres), plus la profondeur de champ est faible,
• plus l’ouverture est petite (F/ grands chiffres), plus la profondeur de champ est grande.
(mais ça, ceux qui ont reçu mon cadeau surprise en s’abonnant à la newsletter le savent déjà… ;) )
 
Quant à la focale :
• plus vous irez vers les grands angles (les focales courtes), plus la profondeur de champ sera grande,
• plus vous choisirez une grande focale, plus la profondeur de champ sera raccourcie.
 
(Pour compléter cet article, je vous invite également à lire ma réponse à la question : Comment faire une photo de groupe où tout le monde soit net ?)
 
 

Avez-vous bien compris comment fonctionne la profondeur de champ ? Est-ce que jusqu’ici vous l’utilisiez volontairement, ou plutôt par hasard ?

Si vous avez des questions ou remarques complémentaires, postez-les dans les commentaires ci-dessous !

(Requêtes ayant mené à cet article)
  • à quoi sert la profondeur du champs dun appareil photo??
  • gf7 bokeh
  • profondeur de champ
  • profondeur de champ photo
  • profondeur de champs ANALYSE PUB

Vous aimerez aussi...

39 commentaires... et vous ?

(Ce blog existe pour vous, n'hésitez pas à participer pour le faire vivre !)
  1. wen452 dit :

    Merci pour cet article !
    Ça m’a permit de prendre conscience de cette subtilité en fonction des focales…
    Et en temps qu’Ardéchoise, l’exemple de la photo paysage me parle forcément ;)
    Et si on voulais prendre quelqu’un en premier plan de cette photo des gorges, style, un randonneur, de dos, observant la scène, quels paramètres utiliser et où faire la mise au point pour qu’elle soit optimum ?
    merci !

    • Tonton Photo dit :

      Merci pour votre commentaire.
      Si je voulais prendre la même photo avec un randonneur de dos en train de regarder le paysage, je ferais les mêmes réglages, à savoir un grand angle et une petite ouverture, afin que tout soit bien net, du premier plan (le randonneur) à l’arrière-plan (le paysage).

      Mais on peut aussi imaginer centrer l’attention sur le randonneur, et seulement suggérer le fait qu’il soit devant un grand espace. À ce moment là, il faudrait choisir une grande ouverture, pour que seul le randonneur soit net, et que tout le paysage derrière soit flouté. Mais il ne faudrait pas que cela soit trop flou non plus, sinon on ne distinguerait même plus qu’il s’agit d’un paysage. Je tenterais donc certainement une ouverture autour de F/5,6…

  2. Balisson dit :

    Bonjour Clément,

    WOW…tout simplement WOW….Tout d’abord, merci de partager ta passion par le biais de « Tontonphoto ».

    Ensuite, question contenu, rien à redire, tout y est (je pratique la photo depuis quelques années maintenant et ai donc accumulé une certaine connaissance technique et intuitive) avec en plus une approche dépouillée de blabla qui implique le lecteur….

    L’aspect design de ton blog est vraiment accrocheur et agréable.

    Passion, contenu, design, le tout cumulé fait que je vais continuer a lire ton blog et que je vais en faire le max de pub autour de moi…

    Bravo pour ton travail…..Un grand J’AIME….

    Bien à toi…

    Yannick
    Le dernier article de Balisson : Lavage des mainsMy Profile

  3. GoBois dit :

    Merci pour cet article super clair et compréhensible avec des exemples parlants.
    Il suffit de lire 2 fois vos explications pour que cela soit bien assimilé.
    J’en conclu aussi que pour réaliser un portrait, en fin de compte, vaudrait mieux utiliser un 100 mm au lieu d’un 50 pour obtenir une plus courte pdc. Que pensez-vous de l’utilisation d’un 105mm macro pour ce genre de photos (en vue d’économiser l’achat d’un 35 ou 50, l’on obtiendrait de beaux portraits) ?
    Bonne continuation et encore merci pour votre travail.
    Gérard

    • Tonton Photo dit :

      Merci pour votre commentaire.
      En effet, les longues focales de type 85mm ou 100mm sont bien adaptées à la photo de portrait. J’ai moi-même un 105mm macro, et cela fait de beaux portraits. J’utilise pas mal mon 70-200mm également. La seule contrainte qu’il faut bien prendre en compte, c’est que ce type de focales ne permet de faire que des portraits en gros plan, où l’on isole le visage du reste du décor. Il ne permet pas d’intégrer réellement le personnage dans son environnement, ou tout du moins plus difficilement, car il faut une bonne distance de recul pour le faire. Tout dépend donc du type de portraits que vous projetez de réaliser.

  4. jacquin Pierre dit :

    Voici un article parfaitement clair sur ce sujet de base de la photographie, qui montre bien les différents enjeux de l’ouverture d’un objectif. Je me souviens, par exemple, avoir dû batailler pour faire comprendre à mon fils – qui fait plutôt de la photo du genre portable, l’animal ! – qu’on avait intérêt à ce que l’ensemble de la photo ne soit pas toujours net pour des raisons de lecture et d’interprétation et que ne pas jouer sur l’ouverture vous privait d’un élément essentiel de lecture d’une scène.
    Encore une fois merci à Tonton photo.
    Pierre Jacquin.

  5. Tonton Photo dit :

    Merci pour votre commentaire, c’est tout à fait vrai ! La profondeur de champ permet effectivement de donner un niveau de lecture à l’image : en sélectionnant des zones de flou, on dirige l’attention du « spectateur » vers un sujet que l’on aura choisi de rendre net.

  6. julien dit :

    Merci pour ce très bon post encore une fois. Tu as vraiment beaucoup de facilité pour bien expliquer les choses, de façon simple et ludique. J’adore ton travail, ton site et tes photos ;)
    Je t’avais déjà dis sur un autre sujet à quel point j’aime regarder tes photos de ton voyage au pays des mushers !! j’ai du voir ton travail des 10aines de fois avec toujours le même émerveillement.
    Bref, arretons la pommade tu vas y prendre gout sinon !!
    Ton sujet m’a fais comprendre quelque chose, je suis heureux possesseur d’un 35 mm f 1.8 et me demandais si l’achat d’un 50 mm f 1.8 valait réellement la peine. Ton explication me conforte que si ! Pour un meilleur bokeh pour mes portraits (j’en fais quand même pas mal avec mon 35 mm) il me faut un 50 mm ;)

    Merci encore et à très bientôt sur ton site ou alors sur flickr, (je t’y suis aussi !!)

    • Tonton Photo dit :

      Merci merci, je vais rougir…

      Tous vos commentaires me font très plaisir et m’encouragent à continuer, même si chaque article me prend beaucoup de temps de travail, car j’essaie de simplifier sans être simpliste ;)

      Oui le 50mm F/1,8 permet aussi de faire de belles photos, notamment de beaux portraits avec de beaux bokeh :) De mon côté, c’est l’inverse, c’est le 35mm F/1,8 qui est sur ma liste des objectifs à acheter ;)

  7. gidesp dit :

    Comme c’est clair de vous lire et surtout c’est compréhensif. J’en profite un max.
    Merci de nous enseigner votre savoir faire
    Gilles

  8. balzac98 dit :

    Bonjour,bon article meme si je savais cela depuis longtemps.Toutefois tu ne parles pas de la macro.La profondeur de champ est trés réduite pour ce genre de photos,et il est presque indispensable de faire la mise au point en mode manuel et d utiliser un trépied pour ne pas déplacer la zone de mise au point car souvent il n y a qu une zone qui est nette sur le sujet photographié

    • Tonton Photo dit :

      Bonjour,
      merci pour ce retour d’expérience. C’est exact, la profondeur de champ est encore plus réduite sur les objectifs macro. En fait je n’en ai pas parlé car je prépare un sujet sur la macrophotographie pour bientôt ;)

  9. MOut dit :

    Merci Tonton pour ce rappel expliqué simplement :)

  10. Courtin Guy dit :

    Bonjour
    Merci pour les explications très claires.
    Quid de la mise au point?
    J’ai un gx7 20mm F1.7 avec la mise au point spot jarrive a faire des flous d’arrière plan important.

    • Tonton Photo dit :

      Bonjour,
      la mise-au-point ne rentre pas en ligne de compte dans le contrôle de la profondeur de champ. Disons qu’elle vous permet de définir où sera le plan net, et où sera le plan flou. Mais la PDC en elle-même est contrôlée par l’ouverture du diaphragme et la focale (et la distance au sujet bien sûr : plus vous êtes près du sujet, plus l’arrière-plan est flou).

      Si je ne dis pas de bêtises, le Lumix GX 7 n’est pas un capteur plein format. Du coup le 20mm est environ équivalent à un 30-35mm en plein format. Avec une telle ouverture de F/1.7, vous devez en effet réussir à faire de beaux flous :)
      Accessoirement, que pensez-vous du Panasonic GX7 ? En êtes-vous satisfait ?

  11. Didier dit :

    comme toujours des explications claires et didactiques! bravo et merci
    Cordialement

  12. stephanie dit :

    bonjour,
    merci pour tous ces conseils, ça parait simple quand c’est bien expliqué, reste plus qu’à mettre en pratique. J’ai toujours avec moi le mémo et je dois avouer qu’il est souvent sorti de mon sac et m’a permis de réaliser de belles photos, encore merci ;-)
    bien cordialement

  13. Thibaud dit :

    Bonjour,

    Super sujet, j’ajouterai juste que la profondeur de champ évolue également en fonction de la taille du capteur.
    cordialement

    • Tonton Photo dit :

      Merci pour votre commentaire, c’est tout à fait vrai. Je n’ai pas abordé ce point car il me semble plus complexe, mais vous avez entièrement raison. La profondeur de champ est un peu plus étendue avec un capteur APS-C qu’avec un plein format.

  14. Steve dit :

    Sachant qu’une fois cette notion maîtrisée, on pourra se permettre de travailler l’hyperfocale… Un petit article en ce sens serait bienvenu d’ailleurs…

  15. maxime dit :

    bonjour et bravo pour ton site!
    je me permet juste une petite remarque par rapport à la légende de ta photo de paysage: quand tu dis « Si j’avais eu un pied avec moi, j’aurais fermé au maximum mon diaphragme, avec une ouverture autour de F/18, F/20 ou F/22, pour optimiser la profondeur de champ autant que possible ». Cela ne me semble pas vraiment justifié vu que tu n’as pas de premier plan sur la photo, tu peux te permettre de laisser ton diaph ouvert…de plus le fait de fermer excessivement ton diaphragme altère la qualité de la photo (diffraction). En pratique, je ne ferme jamais au delà de f/16, sauf si les conditions m’y obligent bien sûr!
    bonne continuation pour ton site, très bon contenu!

    • Tonton Photo dit :

      Excellente remarque ! Ta remarque est tout à fait juste, même si mon objectif peut fermer jusqu’à F/32, donc je ne prends pas totalement le risque de la diffraction autour de F/20. En fait je disais cela car j’aurais aimé gagner en profondeur de champ, notamment pour obtenir plus de précision dans les détails du fond de l’image.
      Autre chose : si j’avais eu un peu de temps devant moi, j’aurais en réalité fait plusieurs essais pour comparer les ouvertures et sélectionner celle qui produirait la meilleure qualité d’image.
      Merci pour ton commentaire,

  16. Yves dit :

    bonsoir Tonton Photo,

    je tombe sur votre blog en recherchant quelques conseils et du peu que je viens de voir … je vais approfondir ce blog :) Bravo pour ces tutos tout à fait pédagogues et étonnants. Si j’osais : expliquer les règles de la profondeur de champs avec des radis, ça vaut son pesant de cacahuètes ! Bravo pour ces explications imagées et commentées, qui valent mieux qu’un long discours.

    J’ai également trouvé des réponses très intéressantes à mes problèmes dans « 8 conseils pour améliorer la netteté de vos photos » et « Comment faire une photo de groupe où tout le monde soit net ». Car c’est dans cette situation où, hier, j’ai dû jeter la moitié de mes photos :( Je viens de faire l’acquisition d’un magnifique EOS 70D avec un zoom et un 50 mm /1,8 (vendu pas cher du tout à la Fnac). Dans mon excitation d’avoir, en principe, un matériel de qualité – une grande ouverture pour faire des « super portraits » – j’ai fait plein de jolis portraits … de l’une des personnes au détriment des autres assises à côté sur le canapé. Lorsque l’angle de prise de vue est de biais, la différence de distance est sensible : j’étais assis dos à la fenêtre et prenais des personnes assises dans un canapé sur le mur de gauche, la pièce n’étant pas très grande. La focale de 50 mm était bien adaptée à cette distance, mais le réglage auto m’a ouvert à 2,8, ce qui donne une profondeur de champs trop réduite pour les 2 ou 3 personnes assises côte à côte. On n’est jamais à l’abri d’un coup de bol dit-on, mais en la circonstance mieux vaut abandonner le mode auto au profit d’un Av pour pouvoir donner un peu plus de profondeur de champs de façon contrôlée, la leçon m’a été profitable.

    Mais j’ai une autre question (sauf si la réponse se trouve déjà quelque part sur le blog dont je n’ai pas encore découvert toutes les richesses) : les modes sophistiqués de l’EOS proposent un réglage « style d’image », permettant de choisir entre Auto, Standard, Portrait, Paysage, Fidèle etc … Chaque sélection définit un réglage sur les paramètres Netteté, Contraste, Saturation et Teinte couleur, sur une échelle de 1 à 7 (toutes les sélections n’ont d’ailleurs pas forcément des réglages différents par défaut). C’est le portrait qui m’intéresse : est-il important d’affiner ces réglages pour donner de bons rendus et avez-vous des conseils particuliers sur les différents paramètres proposés ? Je pense notamment aux réglages netteté et teinte couleur pouvant donner des résultats plus ou moins flatteurs sur les visages. La question me préoccupe pour réussir les photos de mon prochain mariage où j’aurai plaisir, cette fois-ci, à monter le zoom sur lequel j’ai jeté mon dévolu : un 70-200 / f:4 stabilisé (j’ai voulu me faire plaisir !). Mais le meilleur matériel ne suffit pas à faire les meilleures photos : je m’identifie parfaitement au novice que vous avez pu être à vos débuts et suis preneur de vos excellents conseils.

    Un grand merci par avance pour tous les conseils que vous aurez la gentillesse de me proposer.
    Yves

    • Tonton Photo dit :

      Bonjour Yves,
      merci pour votre commentaire.
      Effectivement le coup de la photo de groupe à F/2.8 ne pardonne pas… c’est comme ça que l’on apprend ;)

      Concernant les modes « styles d’image » de votre boîtier, je ne les connais pas du tout. J’ignore donc si leur rendu est flatteur ou non.
      À titre personnel, je n’ai jamais utilisé ces modes de prise-de-vue, car cela reste du tout automatique, et je n’ai donc pas la main sur ce que je veux vraiment faire. Il y a forcément des erreurs d’exposition avec ces modes, car ils ont prévu des conditions de lumière standards pour chaque mode. Or la lumière n’est jamais la même. Nulle part.

      Si cela vous est possible, le moyen le plus fiable de prendre des photos reste d’utiliser les modes semi-automatiques (priorité à la vitesse ou à l’ouverture), et manuel évidemment. Mais cela nécessite d’avoir bien compris les notions d’ouverture, de vitesse et de sensibilité…

      Voilà, j’espère que ma réponse vous éclairera un peu.

      • Yves dit :

        oui, parfait, merci beaucoup pour cette réponse, cela ne m’étonne pas en effet. Les basics de la photo restent finalement les plus sûrs !

        Merci pour ce retour.

  17. POMONEL dit :

    Des dizaines de blog et de sites consultés pour comprendre ce thème! J’en trouve un qui m’éblouis et qui me rassure!Je ne suis pas nulle grâce à toi.

    Bravo et merci

  18. bigtroll002 dit :

    Merci pour ce blog que je decouvre, et plus encore pour cet article. je n’avais pas encore fait le lien entre longueur focale et profondeur de champ.Je pensais que seul l’ouverture influais. Cela devrais m’eviter pas mal d’erreures a l’avenir.

  19. Xavier dit :

    Bonsoir Tonton :) Merci encore pour ce blog GENIAL :D
    Récemment inscrit voila le temps des questions :)
    Comment détermine t-on la bonne focale à utiliser ? Pour du portrait posé ou prit sur le vif doit on prioriser d’abord la focale et l’on adapte la vitesse en fonction ?
    Si je fais du portrait en intérieur en prenant comme source de lumière une fenêtre, je vais opter d’abord pour une grande focale pour réduire la profondeur de champs (F4 par exemple) et par la suite adapter ma vitesse et l’iso afin d’avoir une photo correctement exposer ? En extérieur s’il fait très beau ou sombre est – ce le même cas ? d’abord la focale ? Je me suis retrouvé souvent a prendre des photos à 1.8 en portrait et me suis aperçu en effet des gros problèmes de flous. Alors je me suis demandé s’il y avait des priorité dans l’exécution d’une prise de photo. Et une autre question comment lire l’histogramme :D
    Merci pour votre réponse j’espère ne pas poser de questions trop bête :)

  20. Original le coup d’expliquer en image avec des radis ;) Très bonne article en tout cas :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Affichez la dernière publication de votre blog dans ce commentaire

Page optimized by WP Minify WordPress Plugin